La course de la Marmite

Les 50 ans de l'AGD

par Geneviève

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON

Chercher uniquement dans des sites web de santé HONcode de confiance :



Un convertisseur
franco-suisse !

4 décembre 2004

Avec la présence de Jean et Anne-Marie C, Michel et Anne-Marie L, Annie et Robert, Annie et Catherine F, Claudine, Lucienne, Sylvie, Jean-Pierre, Ivano, Véronique, Francesca, Daniel, Laurent, Sina et Amassat, Werner, Geneviève


Ecoute cette histoire
que je vais t'raconter.
Du fond de ma mémoire,
je vais te la chanter.
Elle se passe à Genève,
au milieu des coureurs,
Dans l'ouest de la Suisse,
au pays des lueurs.

Daniel fut le premier
à traverser la ville.
La course il a gagnée
Tout seul et contre lui.
Plus tard dans la tente
Ils allèrent faire une biz
Et mangèrent sans attente
La bonne soupe de Julie.

Quand vint l'hiver très froid,
ils firent leurs déguisements :
Des sacs-poubelle tout droits
qu'ils avaient trouvés blancs.
Ils dessinèrent la tête
et écrivirent 50.
Ils voulaient faire la fête
et furent à peine trente.

Sur leur tête ils fixèrent
la plus belle des flammes
Décorées par Robert
en chantant toute la gamme.
Pour chauffer leurs oreilles
ils tricotèrent de la laine.
L'ensemble fit merveille
courant à perdre haleine.

Tous réunis Place Neuve
à 18 heures tapantes
Ils préparèrent l'épreuve,
dans une ambiance dopante
Ils franchirent les barrières
et se mirent en place
Devant ou bien derrière,
ils n'manquaient pas d'audace.

Quand le gong retentit,
ils s'élancèrent sucrés
Ou non mais travestis
dans les rues saturées,
Suivant de près l'panneau
que tenait fort Laurent,
Comme un lante-erneau
dans l'air virevoltant.

C'est pourquoi il n'faut pas
vraiment courir trop vite
Quand on est tous là-bas
trottant pour la marmite.
C'n'est pas une compét,
attendant qu'on s'faufile
mais c'est une vraie fête
dans les rues de la ville.

Tout tranquille par la ville,
tous grimés sur les pavés
Nous sommes sur une file,
on n'est pas les premiers
En grenouille ou citrouille,
déguisés en martiens
Nous avons une belle bouille,
l'Escalade c'est très bien.

En sorcière, en soupière
ou alors en bougie
A deux pas de St-Pierre
avec plein d'énergie
Nous chantons ce refrain,
les gens crient, ya d'la vie
La marmite va bon train
quand toute la ville s'agite !

Quand la course est finie,
on prend nos petits cadeaux
Et puis on rentre aussi
afin de se mettre au chaud
Pour manger de la soupe
avec des gros poireaux
Nous sommes tout un groupe,
personne reste sur l'carreau.

Ce soir au menu y a
une très belle quiche
Du cake et du fromage
et tout ce qui s'en suit
Les uns assis par terre,
les autres sur des sièges
Un choix involontaire
et ce n'est pas un piège

Ensemble réunis
nous fêtons cette année
Les cinquante ans de vie
de l'A Gé et Dé
Nous cassons la marmite
avec désinvolture
Nous rêvons déjà à
de nouvelles aventures.

Cette chanson sans gloire,
vous racontait une nuit,
Vous racontait l'histoire
d'un petit groupe d'amis...
Mm mm mmm mm...