Un minilaboratoire sous la peau...

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON

Chercher uniquement dans des sites web de santé HONcode de confiance :



Un convertisseur
franco-suisse !

 
http://sante.lefigaro.fr/actualite/2013/03/20/20087-mini-laboratoire-sous-peau

L'implant sous-cutané de 14 millimètres permet de doser
cinq métabolites et envoie les données directement par Bluetooth.

Crédit photo: EPFL de Lausanne (Suisse)

De nombreuses maladies chroniques nécessitent de mesurer
régulièrement certains paramètres biologiques
qui renseignent sur l'état de santé du patient ou les effets d'un traitement.

Dans le cas du diabète d'énormes progrès ont été faits pour éviter
des prises de sang répétées, mais pour beaucoup d'autres patients
les prélèvements sanguins restent encore inévitables.
Cela pourrait changer dans les années qui viennent grâce à un implant
développé par des chercheurs de l'École fédérale polytechnique
de Lausanne (Suisse).

Une fois inséré sous la peau du patient,
cet implant peut mesurer des substances, telles que le glucose
ou le cholestérol, et transmettre les données en temps réel
directement au médecin. Un prototype de ce dispositif est présenté
mercredi 20 mars 2013 au congrès européen de design
de systèmes électroniques à Grenoble.

L'implant sous-cutané développé par l'équipe de Giovanni de Micheli et
Sandro Carrara est un concentré de technologies, long de 14 millimètres,
et dont le diamètre ne dépasse pas les 2 millimètres.
Dans ces trois millimètres cubes, les chercheurs ont réussi
la prouesse technique de faire tenir une zone de mesure avec cinq capteurs,
un émetteur radio et une alimentation.
Le système ne contient pas de batterie, il est alimenté par un patch,
collé sur la peau juste au-dessus, et qui émet un petit champ électromagnétique.
L'alimentation de l'implant utilise ces ondes électromagnétiques
(inoffensives pour le patient) pour produire un courant de 0,1 watt
suffisant au fonctionnement du système.
C'est aussi ce patch qui permet de transmettre par Bluetooth
les mesures faites par l'implant à un smartphone ou une tablette.

implant sous cutane

Selon Giovanni de Micheli, les avantages de ce système sont nombreux:
«Cet implant pourrait améliorer la qualité de vie des patients
qui aujourd'hui subissent des prises de sang régulières.
Et les mesures étant faites en permanence, elles permettent
un suivi plus régulier qu'avec les méthodes traditionnelles.
On peut aussi imaginer un système d'alerte quand les valeurs
dépassent certains seuils critiques.»

L'implant permet de mesurer cinq substances différentes,
qui pourraient être choisies en fonction de chaque cas.
«Chez un patient avec un risque élevé d'infarctus du myocarde
il serait ainsi possible de mesurer la troponine,
un marqueur d'accident cardiaque, et d'avertir le médecin
dès que la concentration augmente», expliquent les chercheurs.

 

Monitoring en temps réel

Cet implant, qui s'inscrit dans le développement d'une médecine personnalisée,
vise aussi à permettre une évaluation individuelle des effets,
bénéfiques ou néfastes, produits par un traitement.
«Les chimiothérapies et les traitements antirejet prescrits
après une greffe peuvent induire des effets secondaires importants,
et il est souvent difficile de déterminer la dose la plus adaptée au patient.
L'implant permettrait un monitoring en temps réel de la réaction
de l'organisme au traitement», explique le Pr de Micheli.

Ce dispositif pourrait aussi intéresser les sportifs de haut niveau,
qui utilisent de plus en plus les analyses biologiques
pour évaluer l'efficacité d'un entraînement ou leur état de stress et de fatigue.

Des perfectionnements restent encore à apporter au prototype
présenté au congrès de Grenoble, notamment sur la longévité de l'implant,
dont la durée de vie est d'un mois et demi, «ce qui reste suffisant
pour le suivi lors de la mise en place d'un traitement», relève le Pr de Micheli.
Pour l'instant le dispositif a démontré sa fiabilité pour les mesures
de cinq substances (glucose, cholestérol, ATP, lactate, glutamate) et
a passé avec succès la première série de tests de tolérance réalisés chez l'animal.
Mais, rappelle Giovanni de Micheli, «la route est longue pour obtenir
les autorisations de mise sur le marché pour les dispositifs implantables».
Les chercheurs espèrent pouvoir commercialiser leur produit d'ici à cinq ans.