GATEAU AU CHOCOLAT ET GINGEMBRE

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON

Chercher uniquement dans des sites web de santé HONcode de confiance :



Un convertisseur
franco-suisse !

 

Préparation : 20 minutes
Cuisson . 40 minutes

Pour 4 personnes :

  • Gâteau
    • 150g de chocolat noir haché
    • 150g de beurre
    • 150g de cossonade
    • 3 gros œufs
    • 50g amandes en poudre
    • 120g de farine à gâteaux
    • 1cs de cacao en poudre
    • 2cs de gingembre confit
    • 3 morceaux de gingembre confit au sirop hachés

     

  • Nappage
    • 40g de chocolat noir haché
    • 15g de beurre
    • 1 cuillère à soupe de sirop de gingembre confit

     

  • Sur feu doux, faire fondre le chocolat au bain-marie.
  • Remuer délicatement le chocolat, ôter la casserole du feu dés qu'il est fondu
    et le laisser tiédir.
  • Dans une jatte, travailler le beurre en pommade et incorporer peu à peu
    la cassonade (sucre de canne brut).
  • Fouetter le mélange jusqu'à ce qu'il soit mousseux.
  • Ajouter les jaunes d'œufs, un à un, en fouettant bien à chaque fois.
  • Incorporer le chocolat refroidi.
  • Ajouter les amandes, la farine et le cacao tamisés puis le gingembre.
  • Mélanger le tout à l'aide d'une cuillère en métal.
  • Monter les blancs d'œufs en neige très ferme et les incorporer au mélange en 3 fois.
  • Transférer la pâte dans le moule et lisser la surface.
  • Faire cuire dans un four préchauffé à 190°C (6) pendant 40 minutes.
  • Attendre 5 minute avant de démouler et laisser refroidir complètement.

Pour le nappage

  • Faire fondre le chocolat au bain-marie avec le beurre et le sirop de gingembre.
  • Bien remuer pour obtenir une sauce onctueuse.
  • Napper le dessus du chocolaté. Dés que le nappage est presque pris,
  • Le décorer avec du gingembre émincé en dés ou râpé.

Ce gâteau se conserve une semaine dans une boite hermétique.
Il est effectivement meilleur au bout de quelques jours.

Une bonne recette d'Anne-Marie tiré de son livre sur les gâteaux au chocolat. Il est vrai que
Jean trouve qu'il y a un peu trop de gingembre, que Claudine essaie de grignoter du bout
des lèvres un morceau de gingembre confit, que Geneviève regarde cela avec un air
de "m'en fout, z'aime pas trop le choc", que Robert se régale, qu'Annie ne laisse pas sa part au
chien et qu'Anne-Marie promet de mettre la prochaine des morceaux de gingembres encore
plus petits.

 

Le gingembre, c'est quoi au fait ?

Nous n'utilisons que le tubercule d'une grande plante herbacée (Zingiber officinale) qui est
cultivée dans presque tous les pays tropicaux. De l'Inde du Sud, son pays d'origine,
le gingembre est d'abord parvenu en Chine puis lors des colonisations est arrivé
progressivement en Afrique, aux Antilles puis sur les marchés européens.

Il a une saveur poivrée et agréablement piquante qui rappelle le clou de girofle et le citron.
Plus les rhizomes sont vieux et longs au moment de la récolte, plus ils sont piquants et filandreux.

En cuisine, pour que son arôme puisse s'épanouir, il faut ajouter le gingembre en début de cuisson.
Les chinois connaissent depuis des siècles ses vertus digestives et son effet attendrissant sur
la viande, dû à un enzyme, la protéase, qui a la propriété de scinder les protéines.
Il est donc excellent dans les marinades. En voiture, sous la forme de bonbons,
il peut prévenir le mal des transports.

C'est donc un épice rafraîchissant et légèrement piquant qui n'a pas son pareil pour révéler
des saveurs sucrées ou salées.